AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lliloune
Boss of the boss
avatar

Messages : 1437
Date d'inscription : 07/10/2008
Age : 38
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Jeu 10 Mar 2011 - 20:14

L'abécédaire délirant de Dofus



Oyez Oyez !
Puisque nous avons des conteurs talentueux parmi nous (sisi, le Concours Redorons nos Blasons le prouve!) et des Vikings qui, tout simplement, aiment jouer et écrire, je vous propose un nouveau jeu sur une idée initiale d'Adel Very Happy

Il s'agit d'un Abécédaire (comment ça vous aviez deviné? Shocked) dont voici le principe :
  • Chaque message posté doit correspondre à une lettre de l'alphabet. On commence donc par le A, puis le B et ainsi de suite...
  • Le joueur doit choisir un mot (métier, monstre, personnage, etc.) issu du monde de Dofus et commençant par la lettre en question (A comme Aznar, B comme Boufmouth, C comme Cawotte, D comme Dragodinde, etc.)
  • Une fois le thème trouvé, il suffit d'écrire un petit récit autour de ce thème.

Deux petits exemples ci-dessous pour lancer le jeu, puis c'est à vous Wink

Citation :
Sommaire des mots explicités façon RP

A : Alchimie
B : BigBen
C : Coeur
D : Diamant
E : Epitaphe
F :
G :
H :
I :
J :
K :
L :
M :
N :
O :
P :
Q :
R :
S :
T :
U :
V :
W :
X :
Y :
Z :




Citation :
Réservation de lettres

Si vous êtes en train de travailler à un petit texte autour d'un mot, vous pouvez poster un message pour réserver la lettre en question. Attention, gardez pas non plus la lettre 3 mois si ça bloque la suite du jeu et que finalement l'inspiration ne vient pas Wink




_________________
Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille...


Dernière édition par Lliloune le Lun 6 Juin 2011 - 10:49, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.650km.com/index.php?topic=9894.msg221781#msg221781
Lliloune
Boss of the boss
avatar

Messages : 1437
Date d'inscription : 07/10/2008
Age : 38
Localisation : Somewhere over the rainbow

MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Jeu 10 Mar 2011 - 20:15

A comme... Alchimiste

Cela remontait à ses tous premiers pas dans le domaine haut perché d'Incarnam, ce lieu étrange où tout n'était que découvertes et étonnements, et où les brumes cotonneuses empêchaient souvent le regard de se perdre dans la contemplation du vaste Monde des Douze qui s'étendait loin au-dessous... A l'époque, elle avait longuement arpenté ce nouveau territoire, prenant le temps d'apprendre au contact des autochtones, et de redécouvrir les particularités propres à sa classe.

Un beau matin, elle avait croisé devant la modeste taverne le chemin d'un étrange personnage. Coiffé d'un chapeau pointu, un peu élimé, un peu de travers, il l'observait avec bienveillance, les yeux pétillants et alertes au-dessus de sa longue barbe blanche. Après quelques échanges courtois, il l'avait initiée aux rudiments d'un métier qui avait tout de suite conquis la petite fée : l'art de l'alchimie...

Évocateur de mystères ancestraux et de mythes universels, son seul nom avait suffit à intriguer la jeune apprentie, qui s'était aussitôt, avec ferveur et enthousiasme, lancée dans la récolte des ingrédients nécessaires à toute potion digne de ce nom. Elle avait ainsi rapidement appris à distinguer les variétés de fleurs et de végétaux, s'enivrant au passage des parfums des unes, usant ses gants à la cueillette des autres, sillonnant un territoire de plus en plus vaste pour trouver des essences toujours plus rares ou plus exotiques, tout en prenant soin de ne jamais épuiser les ressources que la Terre nourricière mettait à sa disposition... Chaque nouveau mélange était un challenge, chaque potion correctement exécutée, une victoire. Combien de fioles avait-elle malencontreusement brisées, combien de cheveux s'étaient retrouvés brûlés au cours d'une expérience ratée, combien de mots curatifs avaient pansé ses innombrables coupures?... Peu importait, elle apprenait chaque jour un peu plus et c'était un ravissement et un émerveillement suffisants pour justifier le temps qu'elle y consacrait et l'acharnement qu'elle y mettait.

Enfin, à force de persévérance, elle avait fini par atteindre le zénith de cet art. Devenue Maître Alchimiste, elle savait désormais préparer les potions les plus complexes et alambiquées sans jamais échouer, créant des filtres aux effets étonnants ou merveilleux, et ô combien utiles à ses compagnons de route. Mais au-delà des prouesses derrière sa verrerie et les volutes irisées qui en émanaient, elle avait surtout acquis un profond respect pour le monde végétal qu'on oubliait trop souvent vivant... Et une folle passion pour les fleurs de toutes sortes, si bien qu'elle ne manquait jamais de fleurir sa demeure d'exubérants bouquets qui laissaient souvent ses visiteurs... bouchée bée !

B comme?....

_________________
Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forum.650km.com/index.php?topic=9894.msg221781#msg221781
Montra-Gousset

avatar

Messages : 356
Date d'inscription : 06/11/2010
Age : 33
Localisation : Chez moi... ou ailleurs.... que vous importe ?

MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Jeu 10 Mar 2011 - 20:17

B comme..... BigBen.....


Il se souvenait....

Une pièce de bois sombre, mal éclairée, les parfums mélés des demeures pandaliennes, le bambou, la végétation luxuriante... Une montre ouverte se tenait sous les yeux du xelor attentif. Les pièces éparpillées sur l'établi témoignaient des heures déja passées sur la lune de métal aux divers ornements. Un barrilet argenté jouxtait divers rouages, un spiral cuivré trainait au milieu de pignons usagés. La montre avait souffert. Qui se serait trouvé là se serait sans doute interrogé sur le sourire paisible qui ornait le visage de l'adepte du temps devant de tels ravages. Mais Montra-Gousset aimait les défis.


La faible clarté jaunie qui éclairait le lieu laissait comprendre que le jour touchait à sa fin dans le monde des Douze. Un ciel aux teintes chaudes se laissait difficilement entrevoir par la petite fenêtre de la pièce qui constituait l'atelier du xélor. Enfin... l'atelier.... le bazar de Monsieur Gousset comme sa fée l'appellerait en le découvrant, le sourire aux lèvres. C'était un bric-à-brac de pièces de divers métaux, d'outils en tous genre, de tiroirs et petites caisses qui s'étaient accumulés au fil du temps, selon les envies et humeurs du xélor. Quelques outils, des pinces de tailles diverses, une petite enclume de bijoutier, témoignaient encore du temps où il faisait tout pour maitriser cet art dans lequel il était passé maître. Et sa récente découverte... l'horlogerie. Un bijou ne bouge pas, n'a aucun mouvement, reste inerte.... mais une horloge, elle, est vivante, comme le temps. Cet objet sacré, qu'il n'avait jusqu'alors jamais osé ouvrir.... il y avait découvert un fourmillement de vie, comme un monde inespéré qui s'ouvrirait sous les yeux d'un explorateur émerveillé. Et puis, on ne le contactait pas à une heure indue pour fabriquer une montre, il y avait un savoir vivre dans ce monde là. Il s'était donc investi dans ce nouveau défi avec plaisir, décortiquant rouages et mouvements, se rendant compte qu'une montre est bien plus facile à démonter qu'à remonter, retravaillant une pièce défectueuse, s'amusant à ses heures perdues à rechercher le Saint Graal des horlogers du monde des Douze, une horloge si fiable qu'elle ne se tromperait jamais, la puissante Horloge-Na-Tomique. Il esquissa un petit sourire jaune en songeant qu'en ce moment ce n'était qu'une petite montre sans envergure qui le faisait tourner en bourrique.


Il tressaillit en sentant à la lisière de son esprit concentré deux effleurements, deux tentatives de jonction télépathique. Il soupira, reposa la minuscule pince qu'il avait entre les doigts sur son établi, et laissa le lien se faire. Adelk et Lliloune le mandaient à Otomaï. Cela ne faisait que quelques mois qu'il faisait partie de la guilde, mais il avait déjà compris que se faire appeler par une femme-chef n'était généralement pas du meilleur augure... alors deux.... Changeant rapidement de tunique - il fallait faire bonne impression, les taches d'huile n'étant pas du gout de grand monde - il se demanda s'il ferait le trajet à pied ou s'il goûterait une des potions orangées que préparait le papillon qui attirait déjà nombre de ses pensées et de ses regards. La prudence l'emporta.... il se dirigea vers le zaap de Pandala, inscrivit sa destination à l'aide des lourdes pierres sacrées, et traversa. Le petit village côtier d'Otomai se dessina sous ses yeux, et il se mit en route, traversant les plaines, laissant sur sa droite la forêt sombre qui semblait se mettre à vivre à cette heure tardive, les hululements de bêtes étranges se répercutant dans les froufrous d'une végétation vivante. Il résista à l'envie de faire un détour par la plage de sable fin qui entourait l'île du chercheur fou, et aperçut enfin les basses habitations aux couleurs vives. Deux silouhettes s'activaient autour de l'enclos du Walhalla qui gardait des dragodindes aux robes variées, certaines d'une seule teinte, d'autres aux multiples lignées. Il avait lui même passé commande d'une de ces montures aux deux éleveuses en chef, une de celles capables de réactions rapides et d'améliorer la conscience du combat de leur maître. Jusque là, aucun croisement n'avait réussi. Montra resta un moment dans l'ombre, à observer le manège des deux meneuses. Tout était bon pour attirer les dragodindes et les mener au travail, gestes de la main, flatteries, applaudissements et si certaines semblaient naturellement apprécier les caresseurs ou autres frottements contre les dragofesses, Montra ne put s'empecher de se dire que celles soumises aux foudroyeurs et baffeurs devaient secrètement haïr les maitres qui les avaient menées à la torture. Il salua finalement à haute voix, faisant bondir la petite fée aux ailes délicates, et sursauter la jeune craette élancée toute vêtue d'orange.



"Ce n'est que moi, les rassura Montra, que puis je pour vous, mesdames ?" demanda t'il, non sans rougir quelque peu, se demandant quelle ânerie il avait pu encore commettre. Ce fut Adelk qui prit la parole, lui expliquant qu'ils ne pouvaient continuer leur recherche sur la race de dragodinde tant convoitée. Trop de temps passé dessus, trop peu de résultats, Adelk semblait désolée, et Lliloune acquiescait, un sourire triste aux lèvres. Alors que Montra les rassurait, leur disant qu'il n'y avait aucun souci, qu'il ferait autrement, qu'elles ne devaient vraiment pas s'en faire, un petit sourire malicieux illumina leur visage..... Lliloune se précipita vers l'étable, et revint, portant à grand peine une petite dragodinde à la robe partagée entre des teintes ivoires et d'autres de la couleur des plus belles orchidées. "Elle répondra au nom que tu voudras lui donner", lui annonça Adelk, heureuse de la comédie jouée au maître du temps. Montra s'approcha de la petite monture, plongea un moment dans ses yeux étonnés, et déclara... "BigBen, tu t'appeleras BigBen, et tu deviendras grande, je le sais"


C comme..... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Lun 28 Mar 2011 - 18:58

C comme...



Un souffle, qu'est-ce ? De l'air inspiré, puis expiré. Ou peut-être de l'air qui entre dans le nez, caresse la gorge, tournoie dans les poumons pour après repartir, toujours caressant et chaud.

Chaud comme le sang qui parcourt mon corps, inflexible, infatigable, chargé de ces molécules de dioxygène, qui sautent de leurs globules pour nourrir mes muscles. Mes muscles, quels muscles ? Sont-ils ceux qui me font marcher, ceux qui me font vivre, penser, m'exprimer, ressentir.

Ressentir. Ressentir quoi ? La caresse de la brise sur ma peau, l'eau qui coule sur mon corps, la main qui touche ma peau, le tissu qui gratte pour dos, l'air frais sur mon visage.

Mon visage qui exprime ce que je ressens. De la tristesse, à laquelle se joignent ces deux traînées blanches de mes larmes. De la joie, avec ses éclats dans mon yeux, le plissement de ma peau, le sourire de ma bouche. De la colère, dans le froncement des sourcils, les éclairs dans les yeux.

Mes yeux, qui scintillent dans le noir, humides, luisants, profonds. Sont-ils les fenêtres de mon âme ? Les yeux, l'âme, l'iris qui se rétracte lorsque je sors, et se dilate lorsque tu me laisses dans le noir. Le noir. Le noir de la nuit, qui me fait si peur. Le noir du deuil, de la mort, de la vie. La vie, vaut-elle d'être vécue ? Est-ce que je vis ? Ou est-ce un rêve éveillé ?

Les rêves qui me hantent la nuit, mes souvenirs mes pensées, ces formes qui dansent dans le noir, le noir de la nuit, le noir de la vie. Le noir me fait peur. Quand je ferme les yeux, il y a tant de bruits. Je sens mon sang couler dans mes artères, les pas dans le couloir, les bruits des voitures, le bruit des arbres sous le vent, de l'eau qui coule, de l'air qui s'écoule inlassablement de mes poumons, ...

............ et le bruit de mon Coeur, qui bat, qui bat, pour toi.

Mon coeur qui bat, luttant pour la vie. Mon coeur qui bat quand tu es là. Mon coeur qui s'emballe quand tu me regardes et souris. Mon coeur qui est si lent quand je dors, quand je suis triste. Il dicte ma vie, me rappelle mes émotions, ...

............ mon Coeurqui bat, qui bat, pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Montra-Gousset

avatar

Messages : 356
Date d'inscription : 06/11/2010
Age : 33
Localisation : Chez moi... ou ailleurs.... que vous importe ?

MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Mar 29 Mar 2011 - 23:01

D comme…..



Diamaaaaaaaannnnnntttssssss *-*

Et voilà que ça recommençait... Montra soupira. Un des membres de sa guilde avait à nouveau prononcé le mot maudit, le mot que nul ne devait prononcer, LE mot interdit…. Sa fée était alors somnolente entre ses bras, l’après midi étant déjà bien avancé sur les terres pandaliennes, au point que le ciel se mettait à rougeoyer doucement, promesse d’un beau coucher de soleil. La douce chaleur ambiante avait plongé l’île dans une lourde torpeur, qui n’avait cependant rien de désagréable pour qui aimait prendre son temps et profiter de moments de simples siestes. Tout était calme, tout était silencieux, tout était tranquille et propice à un repos bien mérité après une matinée d’élevage….. Jusqu’à ce qu’une cervelle de iop oublie la consigne tacite et envoie un message télépathique général aux membres du Walhalla pour savoir si certains auraient des diamants à revendre. Montra regretta le temps des châtiments corporels…..


Les yeux de sa fée s’étaient alors ouverts soudainement, et elle s’était relevée précipitamment, tel un diable à ressort bondissant de sa boite, envoyant Mallow et Noushka, paisiblement endormis, à terre. Les deux chachats, interloqués et quelques peu sonnés, avaient immédiatement fait le gros dos, et crachaient, protestant contre ce traitement indigne du respect que l’on devait naturellement à un félin de leur rang. Quant à Montra… et bien il avait l’habitude. Au début cela l’avait surpris…. Puis amusé…. Puis vaguement inquiété. Il était alors allé parler de cela à un médecin réputé d’Amackna, Franck Einstein, qui avait expliqué qu’il s’agissait là d’un intoxication grave au diamant, le Diamantum Tremens. Montra lui avait demandé si on l’appelait ainsi car il n’était pas gros. Frank n’avait pas ri, et le xélor en était reparti avec deux boites de pilules selon la gravité des crises, et un trou dans le porte-kamas.
Montra soupira…. Et tâcha de juger l’ampleur de la crise. Yeux écarquillés, pétillant d’avidité, bouche légèrement ouverte, air quelque peu ahuri, une crise de niveau cinq au moins…. Il savait ce qui allait suivre… Un regard suppliant…. Les yeux d’un chat tres connu…. Une frénésie d’achats à Bonta…. Un compte vidé… et un banquier énervé…. Il préféra ne pas prendre de risque… ce serait la pilule rose.

Il se leva non sans rassurer son épouse. « Mais oui mon cœur, on va aller à Bonta, il faut juste se préparer. Mais bien sûr qu’il restera des diamants, plein de diamants. Mais on peut pas y aller ainsi. Attends, je vais te servir un verre d’eau le temps que je me prépare. » Il eut toute la peine du monde à la garder assise sur le lit, lui expliquant qu’elle ne pouvait monter à dragodinde sans s’être d’abord rafraichie.

Il prit un verre, fit couler de l’eau grâce à l’un des prodigieux engins hydrauliques de Pandala (il s’était d’ailleurs toujours demandé pourquoi il fallait que ce soir de l’eau qui sorte et pas de la bière), et pila la pilule rose dedans car, étonnamment, sa fée se méfiait des petites pilules roses. Il rapporta rapidement le breuvage légèrement rosé à sa femme qui commençait à chantonner « Diamants are the girl best friends », une chanson qu’il avait déjà entendu d’une compagnie de ménestrels, et qui avait valu une crise de force sept quand sa fée en avait pris connaissance…. Lliloune l’avala d’un trait contre la promesse de partir sous peu.


Les yeux de sa petite fée se fermèrent alors doucement, tandis qu’elle retrouvait son état assoupi des minutes précédentes, balbutiant quelques mots, se lovant un peu plus dans les bras de son xélor qui était reparti s’asseoir à ses cotés. Seule l’absence des deux chachats trahissait les évènements des minutes précédentes. Sans doutes étaient ils partis loin de ce couple de sauvages qui leur faisaient mener une vie de chienchien pour aller mener des activités bien plus civilisées, une chasse aux tofus, aux pious, ou tout autre animal pondant des œufs.


E comme…..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Mer 1 Juin 2011 - 10:51

E comme ... Epitaphe

Il existe plusieurs types de morts sur Wa :

  • La première concerne les jeunes incarnamiens qui, inconscients du danger, ayant trouvé des pots de gelée de plusieurs couleurs sur leurs chemin, débarque sur les rives de ses rives terrifiantes. La passeuse, malgré mes avertissements et mes indications, ne veut trier ses passagers ! D'où un nombre de mort. En effet, les nouveaux arrivants débarquent et trouvent un plateau de jus de cawotte bien frais près d'une tente. Assoiffés, ils s'en empare pour les boire. Peu de temps après, ils meurent, une cawotte séchée en travers de la gorge. C'est là l'oeuvre de Dophina Junior (quand elle était petite !). Pour eux, on ne donne pas d'épitaphes. En effet, la "prise de guerre" n'est pas assez rentable.

  • La seconde concernent toujours les incarnamiens (ceux qui ne trouvent pas de jus de cawotte). Ils trouvent l'île relativement jolie, l'air sent bon la cawotte, il fait chaud, mais ils ont soifs de découvertes. Ils franchissent donc le noble portail qui ouvrent sur le sanctuaire de l'île. Mais hélas, ils n'ont pas encore les yeux grands ouverts et ils manquent d’expérience. Ils se font par conséquent exterminés par les tiwabbits qui jouent, entre deux séance de classe. On ne trouve cependant jamais leurs corps. Un fauve rode peut être.

  • On peut ensuite parler les aventuriers qui arrivent à atteindre les souterrains ... et se rendent compte qu'ils ont oublié de prendre leur fil d'Ariannnnn ... heu, d'Arakne. Du coup, ils avancent sans savoir où il vont, et se retrouvent perdus à l’éternité dans un quelconque coin de l'île. Peut être franchissent-ils des murs magiques qui se referment derrière eux. Aucune épitaphe, vu qu'ils sont officiellement disparus.

  • Vient ensuite le tour des guerriers avides de cawottes. Pour le coup, aucun morts, si ce n'est parmi les wabbits ! En effet, ils viennent en grands nombres pour exterminer la race des petites boules de poils. Si le Prince apprenait cela ...

  • On peut ensuite parler des aventuriers qui arrivent à franchir les souterrains jusqu'au cimetière des Wabbits. Là, des gardiens montent la garde pour veiller au respect des morts (Wabbits !). Seul, ou par bande de 8, ils agressent tout aventurier qui ose s'approcher des tombes secrets. Nombre sont les Amaknéens, Bontariens et Brakmariens à tomber sous les coups des squelettes ensorcelés. Les corps sont ensuite jeter à la mer, une pancarte portant l'inscription : "Ci-Vogue Sir Gousset, qui outrepassa les limites sacrées du cimetière de Wa, et qui tomba noblement sous les coups de la colère de Wa" (ceci est un pur exemple).

  • La catégories de morts suivante concernent les aventuriers qui tombe sur un conseil des sages de Wa : les Grand-Pa. Ils sont alors terrassés par l’expérience acquise par ces vieillards dans l'art de se battre. Pas de pancarte, car le temps manque pour sortir les petites cuillères.

  • Viennent ensuite les fous qui attaquent le château royal. S'ils rrivent à survivre aux gaz asphyxiants, les wobots les exterminent avant qu'ils aient le temps de dire "ptdr" pour la plupart, et "ouf" pour certains. Ils sont alors momifiés afin de dissuader les nouveaux attaquants de prendre leur relève. "Ci-git Sir Gousset, qui, comme toi, pensait être plus fort que Wa"

  • Ils existent aussi une petite quantité de fourbes qui sont abattus. Cela concernent les guerriers qui attaquent par surprise la salle du Dofus. Les légions Wabbits montent la garde "Ci-gît Si Gousset et Dame Cl.... qui pensaient que leur amour pouvait vaincre la puissance de Wa (nous avons barré le nom de la demoiselle pour ne pas l'exposer à une profanation des amantes Montrariennes)"

  • Enfin, il existe encore une dernière catégorie de mort. Il s'agit des personnes qui, ayant profané par trois fois le château Wa, arrivent à atteindre la salle du Dofus ... pour avoir un tout petit oeuf, sur lequel n'est gravé que quelques mots, permettant un gain infime de sagesse, alors que le collègue iop en a un immense, sur lequel tous les secrets wabbits sont inscrits. Ceux-là se jette alors à l'eau pendant la traversée de retour, voir d'une falaise près de l'antre du Grand Craqueleur.


(Histoire de Wa, par Renald le Sage)
Revenir en haut Aller en bas
Deski

avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 13/04/2011
Age : 26
Localisation : Au sac de l'espace... !

MessageSujet: La vie d'un mot / L'ami d'un veau.   Jeu 11 Aoû 2011 - 16:08

F comme...



...Familiers.


Nos amis les bêtes..

Le dieu Sadidas, masochiste et marabouteur devant l'éternel, se morfondait de n'avoir comme unique compagnie que des poupées livides et lubriques pour accompagner ses longues soirées...
Bien que possédant des orifices buccaux adaptés aux choses de l'exploration médicale, Sadidas s'ennuyait de zombifier de frêles sac à patates...

C'est ainsi qu'il décida de créer des "choses" dans un premier temps, qui lui feraient passer le temps autrement plus affectueusement...
L'idée lui vint de créer des "trucs" plutôt puis des "chmilblicks" pour enfin arriver à appeler sa création un...

Famine-Yeah !!!

Sadidas comptait créer un être pourvu d'un estomac pour ensuite ne pas le nourrir et le voir mourir à petit feu.... MOUHOUAHAHAHAHAHA *niark niark niark que c'est rigolo*


Son plan se déroula à merveille, il créa le premier Famine-Yeah à l'image du dieu Ecaflip en miniature parce qu'il faut dire qu'il aimait pas qu'on rivalise de pilolsité avec lui Sadida...
Il l'appela, "Caquine" ou parfois "Chacha".


Il montra partout autour de lui sa création, qui fit l'émule de tout son entourage lui réclamant des répliques de Caquine, ou de famine-yeah à l'image de créatures du monde des Douze...

La plus grande admiratrice de Caquine, fût la nièce du Dieu Sadidas, Nelween 8 ans.

Elle adorait Caquine et avait un peu de mal à dire le mot composé "Famine-yeah" le déformant pour donner un truc du genre "Faminié".
On l'entendait souvent crier en courant après Caquine affolée : "Faminiééééé CAQUINNNEEE !!!"

Seulement, les estomacs de tous ces Famine-Yeahs criaient FAMINE !
Et ils se mirent à mourir les uns après les autres...
Les amis de Sadidas perdirent tous leur Famine-Yeah respectif, Caquine fût la dernière à mourir, se nourrissant de l'amour que portait Nelween pour elle...

Puis un jour ce fût la fin de tous les Famine-yeah au pays des Dieux...

La tristesse emplit le coeur de tous les propriétaire de Famine-Yeah sauf celui du dieu Sadidas, qui se Gaussait fortement de voir tous ces petits êtres mourir niark niark niark...

Des jours passèrent, on fit deuil des Famine-Yeah..
Quand une nuit, réclamant leur vangeance sur le dieu Sadidas, tous les Famine-Yeah revinrent sous forme d'ectoplasme, tuer leur créateur !!


Seulement, Sadida l'immortel ne put succomber devant l'assaut vain de ces fantômes de Famine-yeah...
Il les chassa hors du pays des Dieux d'un coup de Bambou sacwé !
Et les ectoplasmes se retrouvèrent aux portes du pays des Dieux comme une armée apatride...

C'est à ce moment là que Nelween intervint et les recueillit dans le manoir de ses parents dans le château d'amakna sur la terre du monde des Douze.
Elle prit soin d'un un pas un et prit le temps de les écouter se plaindre...
Les famine-yeahs n'eurent plus de rancoeur dans leurs petits palpitants.

Quand les parents de nelween rentrèrent du travail, le soir venu, ils lui demandèrent ce qu'étaient tous ces ectoplasmes dans leur jardin.
Nelween leur répondit clairement :
"- Ce sont des faminiés !!
- Des Familiers dis tu?
- Vi des Faminiés et ce sont mes Popains *renifle la morve qui lui pendait au nez* on peut les garder ? interrogea-t-elle.
- Si tu t'en occupes ma chérie, c'est bon pour nous! Répondirent les parents faciles."

Avec le temps, tous les faminiés appelés familiers furent emplis d'amour et revinrent à la vie...
Puis le jour venu de son émancipation dans les landes de Sidimote, Nelween lâcha tous les familiers dans la nature.
Et ils vécurent heureux... Jusqu'au moment de trouver un nouveau propriétaire dans ce vaste monde qu'est celui des Douze.
C'est aussi la raison pour laquelle le nombre de familiers est fini dans notre monde et c'est pourquoi nous devons militer pour leur protection ! Pour des maîtres plus responsables.

FIN !


G comme... ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.funky-tunning-jacky-en-puissance.com
Evenki

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 26
Localisation : Entre la chaise et le clavier :°

MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Jeu 11 Aoû 2011 - 17:06

G Comme...



...Goule.


Analyse d'après Manchad, Maitre Es connaissances oubliées.

"Les goules, pour autant que je m'en souvienne, ont toujours existé"
C'est ce que dirait n'importe quel quidam à qui vous poseriez la question.
Cependant, il serait bon de voir d'après les anciens écrits ce qu'il en est vraiment.
Dans Le'm Anu Scrid'ë Tenzan Syin (1), il n'est fait aucune référence a ces créatures livides, morbides, sans âme.
Aussi conviendrait-il d'en faire une analyse poussée.

Morphologie :
Les goules se caractérisent par leur apparence tout à fait saugrenue.
La peau du visage est blafarde, les yeux blancs exorbités, les traits tirés et les canines proéminentes.
Le reste du corps prends une teinte brune, due à la présence de Mal à l'état brut dans leur sang.
La démarche est désarticulée, à cause de la... Désarticulation évidente de chaque articulation du corps, aussi insignifiante soit-elle.
Cependant, la masse musculaire aurait tendance à augmenter, proportionnellement à l'envie de tripes a la mode de Gisgoul ou de cervelle de Iop confite (Mets rare mais succulent parait-il)

Classification :
Les goules ne se limitent pas à la créature stupide que l'on peut croiser par malchance aux alentours du cimetière d'Amakna, il semblerait même qu'elles constituent un espèce a part entière, puisque les goules sembleraient être des copies de personnes disparues.
(Gravure sur Aikran de Léo Nardoda-Vinesi 5ème siècle avant maintenant)


Origine
C'est ici que les informations font cruellement défaut.
Aussi ai-je demandé l'aide de l'éminent alchimiste Otomaï (2) afin de percer ce mystère.
L'étude d'un cobaye (vivant ou mort, nous n'avons pas réussi a différencier) nous en a appris un peu plus sur ce mystère.

(2)

*A partir d'ici, les paragraphes sont griffonnés, les pages manquantes, arrachées ou illisibles, et reprennent plus loin sous forme d'un carnet de bord*


Entrée #14.
La quête si anodine sur les goules nous aura emmené bien plus loin que prévu. Ces créatures semblent être réfractaires aux Dofus.
Un grand aventurier de nos contrées nous a assuré puis démontré que ces monstres dépérissaient a la simple proximité d'un de ces oeufs de dragon. Leur origines semblent donc remonter bien plus loin que l'on ne l'imaginais.

*Nouveau passage incompréhensible, des runes gravés à même le parchemin, divers noms sans logique aucune*

Entrée #38.
Otomaï a été rappelé à son laboratoire. Tant pis, je connaitrais la vérité. Les plus anciens des adorateurs de Xélor ont démêlé la trame complexe qui a égaré ce savoir. Je touche au but.

*Ici s'achève le carnet de bord, la suite reprenant l'ordre initial*


Historique :

Les goules ont donc, de source sure, une origine "divine".
Lointains parents de Sram, ce peuple vivait entre le monde des dieux et le nôtre. Il était comme les gardiens du chemin entre ces deux mondes, et aussi jouissaient-ils d'une vie sereine. Mais on ne cache jamais très longtemps la nature d'un Sram. Aussi, un certains nombre d'entre eux se mit en tête de dérober un objet divin, un totem appartenant à Sadida.



Le larcin ne fit pas de bon profit. Le dieu au souliers odorants se mit dans une rage verte (toute autre couleur aurait été malvenue) et décida d'exiler ces créatures qui l'avait offensé dans les recoins les plus misérables du monde mortel. Ils furent privé de toute intelligence pour avoir osé prétendre a la supériorité sur un dieu, et le seul gardien des totems de Sadida devint Moon, être simple et fidèle.
Les Goules que nous croisons donc aujourd'hui sont des corps habités par une soif de revanche inaltérable, voulant de repaitre de votre cerveau afin de retrouver leur malice d'antan.
Amis Iops, allez en paix, ce n'est pas votre combat...

Manchad.

Ce document apporte un éclairage nouveau sur ces créatures méconnues, et permets donc de combler un vide dans les connaissances de notre monde.


(1) Le'm Anu Scrid'ë Tenzan Syin
H comme...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lexes

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/06/2009

MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Sam 3 Sep 2011 - 6:48

H comme...



...Houblon!


* * *



"Si il est une plante qui mérite que l'on y prête toute notre attention, c'est bien le houblon! Mais a quoi bon? Me dira-t-on! Voici l'explication..."
Boyrun Pticou - Pandawa de renom


Le houblon pousse habituellement dans la terre, bien que certains aient affirmé le contraire, et pensent en avoir vu pousser la tête à l'envers, les racines en l'air. Nous ne nous attarderons pas sur ces affabulations de pandawas ayant forcer sur la boisson. Nous nous concentrerons donc, sur la culture et les utilisations qui peuvent être faite du houblon.

En Amakna, on a vu du Houblon pousser ici et là, mais c'est dans les champs de Bonta que le paysan avertit le récoltera. Plante assez commune de nos régions, elle est cultivée depuis des générations pour ses vertus de conservation. Elle permet, en effet, par un procédé remarquable, de donner a la bière un goût inimitable! Cette étape de la fabrication, est aussi appelée l'aromatisation.

Ainsi c'est le houblon qui donne à la bière ce goût amer, et pour ce faire, les grands brasseurs le portent à ébullition pendant quelques heures. Une fois que le houblon à fait son action, il est fait place à la fermentation qui sera suivie, dans un délai plus ou moins long (qui déterminera selon que le breuvage sera ou brun... ou blond), par la dégustation! Je vois que je commence à avoir votre attention...


C'est sur l'île de Pandala que pendant des années on achemina l'essentiel de la production, afin de pourvoir aux énormes besoin de consommation dont font preuve les Pandawas. La bière est un élément culturel majeur de l'île, comme en témoignent les multiples saveurs, de la Pandaburg à la Pandapils.

Si ils sont passés maître dans sa fabrication, c'est avant tout car les Pandawas en consomment sans modération, menant certains d'entre eux, après avoir bu, à commettre de nombreux abus. On relèvera, notamment, a quel point leur appareil digestif est fascinant, puisqu'ils peuvent sans pareil enchainer les bouteilles sans ressentir le besoin pourtant éminemment pressant de se vider du trop-plein qui les rends bedonnants.

D'aucuns disent que c'est de la bière qu'ils tirent leur force extraordinaire, d'autres prétendent que des savoirs millénaires leur permettent de parfaire leurs techniques légendaires. Toute la lumière reste donc à faire sur cette affaire. Mais une chose est sûre cependant, le houblon est bel et bien leur carburant, et il serait surprenant de les voir abandonner une tradition d'antan au profit d'un nouvel arrivant, fût-il meilleur qu'on le prétend.

Voilà donc l'essentiel de ce qu'il faut connaitre du houblon, perpétuez la tradition, savourez la boisson, et restez jusqu'à la fermeture : c'est la tournée du patron! drunken




I comme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evenki

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/05/2011
Age : 26
Localisation : Entre la chaise et le clavier :°

MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Lun 31 Oct 2011 - 1:53

I comme...

...Îles.


Étude géodofusographique d'après Manchad, Maitre ès études pas forcément utiles.

D'après les ouvrages présents dans la grande bibliothèque d'Amakna :
"Une île est une étendue de terre entourée d'eau, que cette eau soit celle d'un cours d'eau, d'un lac ou d'une mer.
Une petite île est un îlot. Plusieurs îles proches les unes des autres forment un archipel."



Ceci étant clarifié pour les plus ignares d'entre vous (non pas qu'il y en ai forcément, m'enfin...) il faut déterminer quelles zones de notre bon monde peuvent prétendre à ce titre.
Aussi, un classement aléatoire semble des plus appropriés.

La première ile et sans doute la plus connu, est l'ile de Pandala :



Divisé en 3 parties, la zone centrale, l'ile de Grobe au Nord et l'ile du Pichon frétillant à l'Est.
-La zone centrale est la plus grande. Elle abrite les quatre grand villages Pandalas, maitres en arts martiaux en et boissons "euphorisantes". On y trouve des rizières, des bambous, des pandawas de tout types, du brigand au disciple Pandawushu. Elle est reliée au continent par un long pont de bambou ce qui lui permet tout de même de garder le contact avec le reste du monde de façon aisée.
Les créatures peuplant cette zone vont du petit bulbuisson jusqu'aux puissants Firefoux, en passant par les kitsous et divers bestioles dans le centre de la ville.Les points remarquables sont le Dojo et ses bénédictions, ainsi que la fabrique de Bouclier, unique au monde.

-L'ile de Grobe est un cimetière pour les firefoux morts durant la grande guerre contre les wabbits. Ces créatures puissantes et éthérées représentent un certain défi pour les aventuriers en mal de sensation. Zone dangereuse donc, à éviter pour les novices.

-L'ile du Pichon Frétillant est le repaire de Daïgoro, maitre du pandawushu, zone assez peu connue au demeurant... A explorer donc.


La suivante est l'ile des Wabbits.



Ayant une forme assez particulière, rappelant vaguement un certain tubercule, on la considère souvent comme étant une seule ile bien que constituée de 4 parties.
Elle abrite la population Wabbits, créatures mystiques tant par leur intelligence proche des légumes dont ils se nourrissent que par leur physique qui inspirent la crainte et l'effroi, ennemis intimes des Lenalds.
Cette ile ne présente qu'un seul intérêt, mais il est de taille. En effet, le Wa Wabbit, sacro-saint souverain de ces lieux, est en possession d'un certain Dofus qui rendrait son détenteur plus sage, bien que cela soit sans effet sur ces créatures poilus.


Vient ensuite l'ile de Moon :


L'ile de Moon est avant tout connu pour ses plages au sable blanc et bordées de Kokokotiers, ainsi que ses coctails de rhum fourbe. Elle est aussi le repaire de Moon, gardien simiesque d'une technique de combat d'origine divine semblerait-il.
Les plages sont un endroit accueillant, et paisible, mais la jungle qui occupe une partie de l'ile l'est bien moins. Les créatures mutantes, les Kannibouls et les pirates qui vivent en son sein sont en effet une menace potentielle pour les aventuriers démunis. L'attrait principal de cette ile est bien sur son mode de transport "aérien" qu'offre l'Agence Touriste (tm) puisque qu'un canon vous projettera tel le boulet que vous êtes sur le sable fin...


La Presqu'ile du cimetière :




Ici, peu de choses à dire. Presqu'ile de petite taille occupant le sud est d'Amakna, elle est occupée par des chafers qui errent entre les tombes des personnes qui pensent que seul le stuff compte.
En revanche, en s'attardant un peu plus, on remarquera que les cryptes peuvent abriter des trésors convoités et que les roublards installés dans le coin ne sera pas sans lien avec Vil Smisse... Méfiance donc, car ici, les tombes ont des oreilles, alors que les chafers, non.


La Presqu'ile des Dragoeufs :

Est la plus grande Presqu'ile du monde. clivée entre le territoire Porcoss et le secteur des dragoeufs, elle abritent deux légendes,le Dragon Cochon et Crocabulia, chacun d'entre eux gardant un Dofus précieux.
Les deux zones présentent les signes d'une sanglante invasion, comme peuvent en témoigner les ruines présentes à travers cette région. La presqu'ile des dragoeufs a la particularité d'être le seul point de passage direct entre Amakna et Brakmar, ce qui pourrait expliquer les troubles dont ces lieux ont été témoins par le passé.
Malgré cela, les guerriers et marchands n'en finissent pas de défiler pour dépouiller les deux légendes de leurs œufs de dragons, avis donc aux chercheurs de fortune et aux marchands de cercueils.

La Presqu'ile de Brakmar :

... Inutile, vide, ridiculement petite. Vous pouvez l'oublier.

L'Archipel de Vulkania :


A l'instar de l'ile de Moon, il s'agit bien d'une destination de rêve, à la différence que Vulkania est aménagée et vie du tourisme. Des animations et des jeux s'y déroule, mais le plus prisé, et le plus dangereux, est le safari qui vous amènera à combattre Grozilla et Grasmera, deux créatures nées pour détruire tout ce qui se présentera à elles. Le jungle regorge de créatures plus ou moins dangereuses, ce qui autorise son accès à toute les têtes brulées ne sachant que faire de leurs dix doigts durant la période estivale.

L'ile D'otomaï :

Cette ile, portant le nom de l'alchimiste connu de part tout le pays, est a la fois paradisiaque et infernale.
En effet, si les plages sont accueillantes et très agréables, la jungle et ses abords sont peuplés de créatures agressives et velues/plumeuses/rocailleuses/autre : précisez... L'arbre Hakam, épicentre de toute ces émanations de bizarreries, abrite la demeure de l'alchimiste et de ses acolytes, mais également un hôte de choix, le Kimbo.
La partie plus au Nord est en fait un ignoble marécage nauséabond, ou les tourbassingues batifolent entre deux touffes d'herbes vénéneuse. Sont attrait est la créature qui y vit : Le Kralamour géant, objet de tout les fantasmes, et ultime barrière a l'obtention d'un oeuf de dragon. Il est tout de même bon de préciser que la bestiole est accompagnée de ses tentacules et qu'il ne fait pas bon être dans les parages quand le monstre s'énerve.


L'ile du Minotoror :

Qui est une ile vide, à l'exception du labyrinthe dans lequel rode le terrible Minotot, gardien d'un œuf de dragon et souverain auto-proclamé de cette ile. SI vous parvenez donc jusqu'à lui, vous aurez à subir ses tofus et éviter ses coups de cornes ravageurs. Et si vous parvenez tout de même à le vaincre... Le labyrinthe aura raison de vous !

L'ile de Frigost :

La plus grande, et la plus récemment découverte.
Cette ile est pourtant peuplé, et possède un niveau de civilisation au niveau du notre, malgré la coupure qui s'effectua il y a bien longtemps avec eux.
La différence vient du climat glacial et de la robustesse des monstres qui en découle. Ils figurent en effet parmi les créatures les plus dangereuses du monde, à tel point que l'exploration de l'ile n'est pas complète, laissant en son centre une étendue Terra Incognita.
En plus d'être dangereux, les monstres sont contagieux et vecteurs de deux maladies, le rhube et la zinuzide, qui peuvent clouer le plus robuste Iop au lit durant un bon moment.
Si malgré cela l'envie vous prend de faire un bonhomme de neige, les Boufmouths seront heureux de se voir offrir une cible si facile !

Et pour finir en beauté, L'ile de Nowel :


Cette ile est, tout comme Vulkania, sujette au oscillations pendulaires de population. S'entend par là que les aventuriers ne s'y risquent qu'à une période précise de l'année. On y retrouve le climat glacial de Frigost, et des créatures d'un autre temps, faisant penser aux comptines d'anciennes civilisation évoquant un enfant Jaiz'hu et la fête de sa naissance, le père Nowel en étant le symbole le plus présent... N'importe quoi ces anciens...

Voilà tout pour le moment, les iles de notre monde étant assez nombreuses pour nous réserver encore moult surprises malgré toutes les expéditions menées.

*Manchad, s'en allant poser ses guêtres après avoir exploré ces lieux...*


J comme...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Lun 20 Fév 2012 - 21:02

J comme...?

En réalité, j'ai réservé cette lettre afin de permettre à l'abécédaire d'avancer. En effet, personne ne semblait trouver d'inspiration sur la lettre J. Aussi je vais faire ce que je sais faire le mieux : raconter ma vie.

Je me suis en effet demandé ce que m'inspirait le J. Et bien sûr, dès que l'on veut trouver quelque chose, un phénomène étrange arrive : cette chose disparaît. Aucun moyen de trouver un mot commençant par un J. Je commençais à désespérer, jusqu'à ce que je trouve un petit mot, tout petit, un mot qui en réalité n'en ai pas un, du moins selon la définition que vous accordez au mot "mot", comme qui dirait Momo). Ces deux lettres sont "Je".

"Je" est un mot important. En effet, il s'agit de de l'étape la plus importante chez l'homme. Avant de naître, l'être à venir n'est pas. Il n'existe pas : il n'est qu'une pensée imprécise, un désir, le sens d'une vie, une envie un désir. Une idée volatile, inquiétante magnifique, intimidante, terrifiante, si belle, si noire.

La conception de l'être humain est aussi un moment particulier. C'est un instinct intime, fruit d'une profonde affection, un moment de fusion entre deux individus qui ont choisis de partager quelque chose de plus puissant que de l'amitié , de plus doux que de l'affection, de plus puissant que la haine, quelque chose qui sommeille en nous, parfois si profond que ce sentiment de paternité fait peur et donne libre cours à un refus d'enfant. L'instant de procréation est un instant fort en sensations, en sentiments. C'est également une notion fantasmée, discutée. Une notion qui trotte dans la tête, attirant votre regard, déviant votre pensée. Une notion d'érotisme, le contact de deux peaux, l'intensité du désir fondant dans le regard de deux amants, la chaire de poule qui couvre le corps des adolescents à la découverte d'un univers attendu, l'écoulement de fluides, disséminant les hormones, montant le métronome de la respiration, embrumant le cerveau, laissant le raisonnement prendre son essor pour laisser place au désir, au plaisir, ...

De cet acte sensuel et sacré naît parfois une petite graine. Graine de la vie, Source du Futur, Source de la Fin, Début, ... Cette petite graine se divise, jusqu'à laisser place à une petite chose, amas de cellules, puis de chaire et d'os. Le ventre de la génitrice se gonfle, une poitrine qui gonfle. une alimentation qui croit, une fatigue qui se fait plus pressante, un instinct qui se développe, une attention parfois trop forte de la famille, des amis, des relations.

Pendant neuf mois, la mère sait qu'elle porte quelque chose dans son ventre de magique. Quelque chose qui bouge dans son utérus, là où rien ne s'est encore passé, si ce n'est un cycle mensuel qui se traduit par un fluide écarlate. Écarlate comme les fleurs de cerisier flottant dans les vallées fertiles. Cette même brume écarlate qui peut accompagner la concrétisation d'une idée qui prenait germe dans l'affection de deux personnes.


Cette chose est dans un premier temps une chose. Une chose petite, fragile, agissant comme un aimant puissant. Une chose qui connait l'érotisme à sa naissance, de part sa proximité avec les seins gonflés de sa génitrice, qui lui offre le fluide de la vie.

Un jour, cette chose ouvre la bouche afin de faire sortir un son, qui pourrait s'apparentr à une volonté de communication. Les jours passent, et enfin cette petite chose se détache de sa mère, passe de "nous", à "elle", et enfin "je". C'est alors qu'on peut parle de naissance. Par ce "Je", la petite chose prend son essor dans son individualité pleine, déploie ses ailes et s'envole vers le futur incertain.

Aussi je pense que le mot que je choisirai est "Je". Il me semble le mot le plus puissant après "Amour". Il est la source de la vie



K comme...?



  • La personne pour laquelle ce texte est destiné se reconnaîtra.
  • Source de l'image : www.cyrilalmeras.com
  • Musique(s) écoutée(s) : Crazy, de Ornette
  • EDIT : Rajout du "K comme ..." pour les boulets (Sources) dans mon genre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Jeu 14 Fév 2013 - 23:18

K comme...?
Voyant que le K n'était toujours pas pris et que personne semblait vouloir le prendre et n'ayant pas grand chose à faire (ou plutôt trop de choses), voici ma version du "K".

De nos jours, on entend des mots bizarres se promener sur les lèvres des gens, et se propageait plus vite que des virus. Enfin, cela dépend de la vision que vous avez des mots. Pour moi, un mot est encore plus dangereux qu’un virus. La preuve ? Le fait que les scientifiques donnent des noms barbares à ces virus, comme si cela pouvait vous faire plus peur. Vous avez peut-être attrapé un « Coronavirus » : ne prenez pas peur, il s’agit d’un simple rhume, et croyez pas, ça passe tout seul. Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le sujet de ce texte.

K comme Kiff. Kiffer, Liker, Retweeter, des mots nouveaux, inconnus, à la prononciation barbare, sauf pour Tweet, parce que Tweet, c’est cool : c’est tout doux, tout sucré. Les mots sont porteurs de sens, mais également de plusieurs sens : c’est la sémantique.

Sémantique. Quel doux nom cachant un des fondements de l’écriture, et accessoirement le cauchemar de celui qui écrit de manière à faire comprendre ce qu’il veut par les nuances. Etudier chaque mot, changer la syntaxe de la phrase, tout cela n’est qu’une stratégie. Des mots bien formulés peuvent blesser, faire comprendre un message alors que le concerné ne s’en rend pas forcément compte. C’est cela le pouvoir des mots.

Je parlais de sémantique. Prenons l’exemple de kiffer.

Pour moi, « kiffer » est un mot que j’utilise pour définir mon attraction pour quelque-chose dont je ne pourrai exprimer l’existence. En quelque sorte, « je te kiff » signifie que j’aime profondément la personne, mais je ne saurai expliquer pourquoi. C’est un sentiment venant du cœur. Mais il n’implique pas l’amour. Juste une émotion profonde.

On pourrait utiliser « Je t’aime bien ». Pour ma part, ça veut dire que j’apprécie la personne, mais sans plus. Sa compagnie m’est agréable, je la trouve intéressante. J’ai plaisir à partager avec elle. Cependant, cette expression peut également avoir un sens plus noir : « Tu commences à m’embêter sérieusement, mais je n’ai pas envie de te blesser. Et surtout, ta question « tu m’aimes ? » commence à m’horripiler.

« Je t’adore ». Tu me fais rire, j’apprécie vraiment ta personnalité, je suis bien avec toi. Sous cette expression se cache un sentiment amical, de profond intérêt et attraction.

« Je t’aime ». Deux mots qui signifiait beaucoup, mais qui ne signifient plus rien car prononcer à outrance, sans réflexion, sans sentiment. C’est aussi le dénominateur commun de toutes les nuances d’affection : beaucoup de sens, faible puissance.

On pourrait déblatérer longtemps sur la sémantique d’un mot, ou les nuances des sentiments et les expressions reliées. N’écoutez pas les gens qui prétendent tout savoir : écouter votre cœur et la musique de votre langue.

Je finirai enfin sur comment exprimer deux sortes d’amour. Le premier est l’amour entre deux êtres, amour mêlant partage, confiance, avenir, protection, symbiose. Cet amour ne peut pas être décrit. On peut juste prendre son partenaire dans ses bras et le serrer contre sa poitrine, sans un mot, sous le temps qui s’est suspendu de peur de briser l’équilibre délicat.

Le deuxième amour que je voudrai apporter est celui d’une mère à son enfant. Enfin, aborder est un bien grand mot. Là non plus les mots ne suffisent plus. Je suis arrivée à décrire ma peur, mon angoisse, mon plaisir, ma joie, mais jamais l’amour que je pouvais ressentir. L’amour envers son enfant, c’est le moment où le ventre s’arrondit, où on oublie ses propres soucis, où on pense plus pour soi-même mais pour lui. Lorsqu’on passe des heures à poser les mains sur le ventre qui grossit, oubliant les tracas pourtant causé par lui. Le sourire intérieur qui reste malgré la tempête qui règne au dehors, un sentiment de sérénité profonde créée par quelqu’un qui n’est même pas là. Une joie, une focalisation des pensées, une transformation du monde, le passage de femme à mère.

Happy Valentine's day !


L comme...?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   Jeu 23 Mai 2013 - 16:07

L comme...?

Au risque de rigoler toute seule, j'amène mon "L" en espérant que quelqu'un sera inspiré par la lettre suivante.

Il arrive toujours un moment dans une vie où le doute nous assaille. Et quand cette période arrive, on doute de tout, de vraiment tout. On arrive même à remettre en question des choses tellement élémentaires, qui sont le fondement même de nos vies. Par exemple, le fait que deux est égal à deux.

La vie, en prenant un certain recul, est basée sur des impostures. On peut prendre comme exemple les mathématiques, exemple même de la constance, de la rigueur, de la logique, de l’équilibre. Du moins, dans leur application simple. Je vais essayer de vous le démontrer simplement, à l’appui d’un “maguenifique” schéma (oui, il n’est pas magnifique, mais maguenifique - soyez pas troubler, il y a pire !), digne de Geogebra le Grand (logiciel utilisé pour le tracer).


Soit ABCD (Wahoo, le nom bidon et certes, j’aurais pu le nommer JADE mais ça aurait fait prétentieux et narcissique) d’arrête 1 UA (unité arbitraire, pour qu’une petite voix dans ma tête ne chantonne pas “Une patate ? Un haricot ?” et me donnerait faim). Holà, je viens de s'apercevoir qu’il s’agit du carré ABDC et non de ABCD. Mais il garde ses propriétés.

Durant toute cette démonstration, on considérera le chemin pour se rendre de A à D. Evidemment, un quidam penserait directement à la diagonale mais pourquoi faire simple. En parlant de simplicité, on considéra que le chemin le plus simple sera de partir de A, gambader ou ramper jusqu’à B, puis nager ou courir jusqu’à D. Je complexifie ? Soit ! Parlons mathématiques : AD = AB + BD (chemin vert). On pourrait parler en vecteur et sortir le divin, quel est son nom déjà ? Chasles ! Continuons. On a donc :

AD = AB + BD = 1 + 1 = 2.

Elémentaire me direz-vous ? Je vous l’accorde.

Step two : Complexifions dans la simplicité. Au lieu d’aller direct de A à B, on se repose un instant au milieu, avant de rentrer dans le cube. L’expliquer des mots serait relativement compliqué, aussi St Schéma vous fera profiter de sa bénédiction, heu, bénédiction, et de sa clairvoyance. On suivra le chemin bleu. On aura alors l’équation suivante (je vous l’accorde également, utiliser le terme d’équation est un abus de langage). Remercions à nouveau Chasles.

AD = AF + FE + EG + GD

On remarque qu’on a décomposé le chemin en 4 segments, segment étant composé à chaque fois de la moitié d’une arrête, c’est à dire que AF = FE = EG = GD = ½ = 0,5. On s’épargnera les services de la calculatrice pour le moment, économiser les piles, c’est pour la planète. On obtient donc :

AD = AF + FE + EG + GD= 0,5 + 0,5 + 0,5 + 0,5 = 4 x 0,5 = 2.

On retombe sur le même résultat que celui de la première étape, l’honneur est sauf. Complexions encore un peu.

Step three : Au lieu de faire une étape au milieu d’un côté, on fera une étape au milieu du milieu d’un côté, soit au quart d’un côté. Pour faire simple, on suivra le chemin rose. On aura alors l’équation suivante :

AD = AH + HI + IJ + JE + EK + KL + LM + MD

On remarque que cette fois-ci, le chemin initial composé de deux segments s’est décomposé en 8 segments. On remarque également que chaque segment vaut le quart d’une arrête, d’où AH = HI = IJ = JE = EK = KL = LM = MD = ¼ = 0,25. On a donc :

AD = AH + HI + IJ + JE + EK + KL + LM + MD = 0,25 x 8 = 2.

Pour notre grand émerveillement, tout fonctionne, tout va bien dans le meilleur des mondes.

On pourrait continuer relativement longtemps, divisant à chaque fois les segments élémentaires par deux. Par segment élémentaires, j’entends pour la première étape AB, pour la seconde AF, pour la troisième AH. Cependant, nous avons vu que cela marchait, et continuer à compter ne nous avancerait à pas grand-chose, si ce n’est user nos petits yeux.

C’est pour cela que les mathématiciens ont eu l’idée grandiose d’introduire la notion de “Limite”. En effet, cette notation pour permet de pousser à l’extrême une suite logique. Prenons un instant du recul : on remarque que plus on divise le segment élémentaires, plus on se rapproche de la diagonale. En répétant cette “division” une infinité de fois, on se rapproche de très prêt du tracé de la diagonale. On peut alors écrire (en le cachant dès qu’un mathématicien puriste débarque) :

Lim (AD) = 2

Naturellement, il faut définir les différents membres de l’équation. AD consiste en la somme des segments élémentaires reliant A à D, et la notation de “lim” consiste en la limite de AD (qui est la somme des segments élémentaires reliant A à D) quand le segment élémentaires résulte de la suite infinie de division par deux d’une arrête. J’espère avoir été claire car ça reste une notation compliquée à expliquer.

Pour en revenir à mon histoire de période de doute qui arrive dans une vie, les trois premières étapes est l’expérimentation d’un phénomène sous plusieurs angles d’approche en obtenant le même résultat. Le passage à la limite revient au moment où on prend du recul, où on essaie d’embrasser l’ensemble d’une situation afin d’affirmer sa certitude. En réalité, la certitude est acquise, mais on cherche à faire d’elle une certitude.

Et c’est là que tout part en vrille. En effet, en faisant une infinité de voir la segmentation de notre chemin, on trouvera toujours une distance de deux. En passant à la limite, …

On a dit que la limite revenait à la diagonale. Que cela ne tienne, on peut facilement la calculer. En considérant le triangle rectangle ABD, on remarque que la diagonale du carré forme l’hypoténuse du triangle, et qui dit hypoténuse dit triangle rectangle (effectivement, on tourne en rond), mais dit aussi et surtout Pythagore. “Le carré de l’hypoténuse est égal à la somme des carrés des deux autres côtés”. On a donc :

AD² = AB² + BD² ⇔ AD² = 1² + 1² = 1 + 1 = 2

A cette étape-là, on peut sauter de joie. On a retrouvé deux, mais le deux qui survole le AD rappelle que ce dernier est au carré. On doit donc passer à la racine carrée :

AD = √2

On obtient donc AD = 2 et AD = √2 et donc l’équation finale :

2 = √2

Après quelques modifications passage au carré suivi d’une division par deux), on a :

2 = √2 ⇔ 4 = 2 ⇔ 2 = 1

Cruellement, mécaniquement, mathématiquement, un n’est plus égal à un, mais à deux. Par extension,

2 -2 = 2 - 1 = 1 = 2 = 0

Je ne vous ferais pas subir d’autres constatations qui découlent de cet effondrement de la vérité élémentaire des mathématiques. Si comme moi, vous tremblez à l’idée d’avoir été trompé depuis votre naissance, ne vous affolez pas : on peut être heureux même sans mathématiques (surtout sans mathématiques !).

Les plus avisés d’entre vous feront la remarque qu’il s’agit juste de la notion de limite qui est mal posée. Remarque à laquelle je répondrai que les limites participent aux calculs d’optimisation, d’études de risque, qui accessoirement sont utilisés pour vos casseroles mais aussi pour les téléphones portables, pour vos couches, pour vos produits alimentaires, et cætera.

Musiques écoutées :
  • Lost and Found, de Lianne La Havas
  • Blackalicous, de Nia
  • Keep this Moment alive, de Mesparrow


M comme...?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Jeu RP] L'Abécédaire Délirant de Dofus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jeux/Réflexion] Psycho-délire
» batiment tau..... enfin batiment..
» Pandawa eau/air.
» Postal 3
» Games workshop trop cher ? légo l'a fait !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LA PLACE PUBLIQUE :: Contes & Légendes-
Sauter vers: